Mon Aventure Indienne

Présentation de notre voyage de 8 mois en photo... Et la suite !!

Publié par cathdesmontagnes
08:49, 20/12/2019 .. Publié dans AUSTRALIE .. Lien

Le voyage a bien eu lieu entre Octobre 2011 et juin 2012.. J'ai modifié l'année pour avoir une version française et une version anglaise qui soient très distinctes !!

 Récapitulation de nos étapes en photo, cliquez sur les textes, les symboles et les photos pour parvenir dans les différentes étapes ! Vous pouvez aussi utiliser les lieux visités.

La photo du bandeau du blog  a été prise sur la plage de Narrabeen, au nord de Sydney... Notre étape la plus longue : 3 semaines.

MALAISIE
1 KUALA LUMPUR
2    TANAH RATA
3    PULAU PERHENTIAN
AUSTRALIE
4    MELBOURNE
5    TORQUAY
6    OTWAY PARK (Apollo Bay)
7 PORT CAMPBELL
8    PORT FAIRY
9

GRAMPIANS PARK ARARAT

Halls Gap

10    MELTON (Via Ballarat)
11    ALICE SPRINGS
12    KINGS CREEK STATION
13    AYERS ROCK
14  

 PERTH

 

 

15  

 CERVANTES

Parc Nat. Nambung Les Pinacles

16  

 DONGARA -

PORT DENISON

Parc Nat. Lesueur

17    NORTHAMPTON
18  KALBARRI
19    MONKEY MIA
20  CORAL BAY
21    EXMOUTH
22    BILLADONG
23    BADGINGARRA ROADHOUSE
24    BUSSELTON
25    WARNBRO
26    MULGRAVE
27

 KIAMA

28  

 BATEMANS BAY

 29 WOLLONGONG
  30 bis  

NARRABEEN

30  

 

  SYDNEY


 

 

 

 

 

 

NOUVELLE ZELANDE
31    CHRISTCHURCH
32    AKAROA
33    GERALDINE
34    LAC TEKAPO
35    AORAKI - MONT COOK
36    WANAKA (Mt Aspiring)
  ARROWTOWN
37  QUEENSTOWN
38    KINGSTON
39 TE ANAU
40  CURIO BAY
41

NEW HAVEN

42  PORTOBELLO (Dunedin)
42 Bis     Moeraki
43    KAIKOURA
44  PICTON
45

RAUMATI BEACH

46    WELLINGTON
47    OHAKUNE
48  TAUPO
49    NAPIER
50    ROTORUA♦♦♦
51    WAIHI
52    TAIRUA
53 Port  Auckland  AUCKLAND

 

CAMBODGE
54  

PHNOM PENH

VIETNAM
55  

 

SAIGON

♦♦

 

 

 56   DELTA DU MEKONG - CAN THO
 57   DELTA DU MEKONG - CHAU DOC
 58 DELTA DU MEKONG - LONG XUYEN
59 NA TRANG
60 HOI AN
61   HUE
62   HANOI
63   TAM COC
64    HA LONG
65   YEN BAY
CHINE
66   GUILIN
67   YANGSHUO
68   CHENGYANG
69   GUANGZHU
 GRANDE BRETAGNE
70   LONDRES

 

Fin du voyage

- Vietnam - Cambodge - Chine - Malaisie

 

et maintenant

 la suite... "L'Après" d'un voyage de 8 mois .... 2013.....

 

  "Qui se soigne et voyage,

ajoute à sa vie…"

Proverbe lorrain et breton

En route pour notre prochain voyage !

 

 

MARS 2015

Retour en Victoria !


 

Vous pouvez nous retrouver sur ce nouveau blog ... Cliquez sur la photo.. A bientôt


 



BIENVENUE ... Au portail de nos voyages !

Publié par cathdesmontagnes
01:45, 15/09/2019 .. Lien

 

                                   

                                                                                                   

 

 

 

 

Venez retrouver

  • Les carnets de bord,
  • Les rencontres ;
  • Des idées de randonnées à pied ou en vélo,
  • Les budgets et nos appréciations sur les services offerts (Hôtels, guesthouses, restaurants, compagnies aériennes ....)

 

 

Cliquez sur les photos pour atteindre les pays

  2009  
Septembre Octobre Novembre

VIETNAM DU NORD

CHINE  Le Yunnan, le Guangxi

Cambodge

Mondulkiri, Rencontre avec le peuple Phnong

  2010  
Mars Septembre Octobre
Qatar Bali Malaisie

Retrouvez des adresses, des info ..... Les synthèses de notre séjour

  2011  
Mars

Mars

 

Et maintenant
  la Révolution au Bahrein.. Oman  
     

 

LA GRANDE AVENTURE...

UN VOYAGE DE 8 MOIS !!  
  Oct 2011- Juin 2012  
Octobre Fin Octobre  - Fin Janvier 2012 Fin Janvier - Fin Mars

Malaisie

 

 - 3 mois en camping

Nouvelle Zélande

23 janvier.. Arrivée à Christchurch

- 2 mois en camping

28 Mars 2012  ..... Saigon !

et 6 semaines au Vietnam

11 au 30 mai 2012

La Chine

Derniers jours en Asie

2 semaines en Malaisie

 

 

 

 
  2013  
Mars Avril Septembre
Port de Delft - Rotterdam Un matin à l'orphelinat de Bo De
Budapest Les Pays  Bas

Vietnam

On va y rester presque 3 mois ! Trouvez pourquoi !

Décembre -  2 semaines trop courtes 19 Décembre - Retour au Cambodge  

 
Laos Cambodge  
  2015  
Vietnam Cambodge Malaisie
Phnom Kulen Coucher de soleil à Pulau Perhentian
Australie Bangkok - Thaïlande  
 

                                                             

En MARS  2015 - Nous sommes en MALAISIE avant de partir en Australie pour 18 Jours.. Nous revenons dans le Victoria...

Mais je n'ai plus accès au blog uniterre ...

Ouverture d'un blog pour pallier à Ces problèmes techniques

http://sacadosetphotos.eklablog.com/

 

  2016  
Janvier   Avril
LISBONNE   ISRAEL
 
  2017  
Mars - Avril   Septembre - Octobre
Colombie   Iran
   

 

Pour remonter dans le passé, cliquez sur la "page suivante",

Pour revenir vers le présent, cliquez sur "page précédente" !



2013 - 2017

Publié par cathdesmontagnes
21:15, 23/05/2018 .. 2 commentaires .. Lien

BIENVENUE

 

2013

Rotterdam

Quelques jours en  Février

Budapest

Quelques jours en Mars

 

Barcelone

Une semaine en juin

L'automne au Vietnam

(3 mois)

Début décembre au Laos

(2 semaines)

Noël au Cambodge

(2 semaines)

Rizières de Mun Cun Chai Un matin au Bayon

- Hanoï

- Sa Pa

- Yen Bai - Mù Cang Chải

- Thai Nguyen

- Ha Giang

- Văn Lâm (Tam Coc)

 

- Luang Prabang

- Ventiane

- Pakse

 

Phnom Penh 1      
Sihanoukville 1 2 3  
Siem Reap 1   2 3 4

 

2015
Thailande Vietnam Cambodge
Bangkok - Une semaine, nous retrouvons Queeny avec qui nous avons fêter le Nouvel An 2014, à Siem Reap ! Nous repartons enseigner le français à Tai Nguyen et voir des amis.. A Hanoï, Tam Coc et si le temps le permet,  dans la province de Quang Binh, la grotte Son Doong, appelée aussi "la Merveilleuse"

Nous revoilà, au Cambodge, où nous retrouverons la Présidente de "Nouvelles Pousses" et où nous passerons 3 semaines.

Phom Penh 1 2 3 4
kompong  Chnang 1 2    

 

Malaisie Australie Thailande
Nous repartons en Malaisie et nous espérons revoir Kemi et les filles, rencontrer des amies "Couchsurfeuses" 18 jours dans le sud de l'Australie.. Nous retrouverons des copains de Kiama et d'autres Couchsurfers !! Nous avons rencontré  Zipppy au Vietnam, en 2013 et passé d'excellents moments.. Cette année, elle habite du côté de Puket, où nous allons la voir..
  2016  
Lisbonne Israël Les Baléares
Un long week end

3 semaines, dans les déserts, Air BnB

Une semaine entre  ville et randonnées

   

De Strasbourg à Rosenheim

par l'EV 15 et l'EV6

le Rhin et le Danube à vélo

830 km

En option : Graz en Autriche

   
  2017  
Colombie    
   
7 semaines, le printemps près de l'équateur    

 

Une idée de nos voyages à ce jour.... Le Vietnam n'apparait pas !

 


visited 36 states (16%)
Create your own visited map of The World



Publié par cathdesmontagnes
18:47, 24/07/2017 .. Publié dans Colombie .. 0 commentaires .. Lien

In 2011, the Cercado Dam was built. The dam drained the Rancheria River which was the Wayuu people’s only source of water. The government funded dam was built with the proviso of providing water to nine municipalities. Since 2012, Cerrejon the largest coal mine in Colombia, paid 2.1 millions dollars to the Colombian government to build aqueducts and other forms of infrastructure. None of aqueducts and/or infrastructure are in use. Today all the Cercado Dam water is piped to the Cerrejon Coal mine and a few large landowners.
Traditionally the Wayuu are semi-nomadic, moving only during periods of drought. The draining of their river and three years of regional drought has ended their semi nomadic survival. There is no fresh water in the region via the dam.

Le charbon qui volait la rivière des Wayu colombiens

Juan Camilo Palencia
Mardi, 5 Mai, 2015
L'Humanité
 
Cinq mille enfants de l’ethnie des Wayu, au nord de la Colombie, souffrent de malnutrition et d’infections respiratoires liées à la pollution. En cause : 
El Cerrejon, la plus grande mine de charbon à ciel ouvert du monde, et le barrage El Cercado, tous deux accusés d’avoir dérobé l’eau à la communauté.
Quand les enfants wayu pleurent, ils ne versent plus de larmes », raconte un médecin du centre de santé de Maicao, dans la région de La Guajira, au nord de la Colombie. « Leur peau est aussi sèche que leur terre », poursuit l’homme, qui préfère rester anonyme. « Ils présentent des problèmes de malnutrition. Leurs bras sont maigres et leurs ventres gonflés. J’avais déjà vu des choses identiques en Afrique. Mais dans mon pays, je ne l’imaginais pas. » En janvier dernier, une alerte sécheresse a été déclenchée dans cette région. Mais si « le manque de précipitations est la première source des maux qu’endurent les Wayu », résume le docteur, la deuxième, c’est le charbon. Quelques kilomètres plus au sud de leur territoire se trouve El Cerrejon, l’une des plus grandes mines à ciel ouvert du monde. Une exploitation de ressources, qui asphyxie littéralement les leurs.

« Ils ont fermé le robinet »

out commence en 2008, avec la construction du barrage El Cercado, centrale hydroélectrique, dont la capacité de retenue est établie à 198 millions de mètres cubes d’eau. Il est alors convenu qu’une partie doit être stockée en prévision des éventuelles sécheresses. Mais le barrage doit également laisser couler un débit suffisant pour assurer, en aval, l’irrigation des champs et l’approvisionnement des communautés voisines. Sur la route du flot ainsi entretenu : les communautés Wayu du nord de la péninsule. « La première partie du projet a bien été finalisée », explique Carolina Sachica, avocate à l’université Jorge Tadeo Lozano, à Bogota, saisie par la communauté des Wayu et l’Organisation nationale des indigènes de Colombie (Onic) pour la défendre. « Mais pas la seconde : depuis l’année dernière, ils ont fermé le robinet. » Le lit des rivières, autrefois abondantes, sert aujourd’hui de sentier aux Wayu. Un chemin de terre, qui les mène au mur imposant qui retient leur rivière.

L’État, pris à partie, reste indifférent

L’État, principal investisseur dans la construction du barrage, est pris à partie par les populations. « Il semble être indifférent aux problèmes des Wayu », reprend Carolina Sachica, qui a entrepris de « faire entendre leur voix auprès de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) ».

Les mines El Cerrejon sont elles aussi dans son viseur. « On sait qu’elles ont participé financièrement à la construction du barrage, en échange de pouvoir profiter des réserves d’eau. Mais on ne sait pas à quelle hauteur. Du coup, on ne peut pas l’attaquer en justice », explique l’avocate.

« Ça tue les animaux. Et les enfants »

Déclenchée en janvier, l’alerte sécheresse a fini de clore les portes du barrage. Elle a aussi mis en lumière la souffrance des Wayu. « Les communautés du nord sont en situation d’extrême précarité », explique Arelis Uriana. Conseillère auprès de l’ethnie pour l’Onic, elle s’attaque, elle aussi, au géant de La Guajira : El Cerrejon,encore. Exploitée par la Carbones del Cerrejon, coentreprise appartenant à trois multinationales, l’une suisse, les deux autres britanniques, l’exploitation s’étend sur plus de 60 000 hectares. « Depuis son installation, tout a été bouleversé », explique-t-elle. Au nord, les activités commerciales des communautés se sont taries. « Sur ces terres arides, les populations n’ont que l’élevage. Mais elles ne peuvent même plus manger la viande de leurs chèvres, qui ont bu de l’eau polluée et respiré la poussière des mines. Ça tue les animaux. Mais aussi les enfants. » Sa voix a tremblé. « Regardez la communauté de San Francisco, à trois cents mètres de la mine… », reprend-elle. Exposée aux poussières que soulèvent les explosions, elle est durement frappée par la silicose, maladie pulmonaire qui touche habituellement les mineurs. Quant à l’eau, c’est encore une autre histoire. « Les Wayu pensent que la mine leur a volé la rivière Bruno, principal affluent du fleuve Rancheria. Ils pensent aussi que la compagnie est responsable de l’épidémie detuberculose et de maladies respiratoires qui les déciment », explique Carolina Sachica. Arelis, elle, en est persuadée. L’exploitation minière utilise, de facto, l’eau douce de la rivière pour traiter le charbon, puis y rejette l’effluent.

Le constat des médecins, quoi qu’il en soit, est terrible : dans la région de La Guajira, sur un territoire de 20 000 kilomètres, plus de 5 000 enfants Wayu âgés de zéro à cinq ans sont en situation de malnutrition, et 525 en danger de mort. Les infections respiratoires aiguës (IRA) et les maladies diarrhéiques aiguës (MDA), affections que l’on sait pourtant prévenir, en sont les principales causes.

« Les aides n’arrivent pas »

Les constats de terrain de la Fondation Manos pintadas s’ajoutent aux constats médicaux et à ceux d’Arelis. « 100 % des enfants sont en état de malnutrition chronique ou aiguë dans la commune de Shiruria, au nord de la péninsule », atteste Andrea Gonzales, coordinatrice des 31 médecins bénévoles de la fondation. « Lors de notre mission « Batas con corazon » (Blouses avec du cœur), nous avons dû porter secours à près de 1 230Wayu dans cette seule commune. » Leur problème ? « Leur rivière a été polluée par une fosse d’oxydation, destinée à traiter les eaux d’égout », répond-elle. Elle-même originaire de l’ethnie Wayu, Arelis se désole de l’avenir des siens. Sur les 144 000 Wayu qui peuplent aujourd’hui la région, 25 000 devraient avoir disparu à l’horizon 2020, selon les chiffres du Département administratif national de statistique (Dane). « La situation est intenable, soupire-t-elle, et le gouvernement n’a pris aucune mesure. » La jeune femme conteste, au reste, les chiffres officiels. Les enquêteurs ne parcourent pas tout le territoire », explique-t-elle. De même que « les aides allouées aux délégations régionales n’arrivent pas à bon port ». Difficultés d’accès liées au terrain désertique, plaident les autorités. Arelis n’est pas de cet avis, qui accuse la corruption. « Moi-même, j’ai fait ce parcours, accompagnée par les autorités régionales. Elles ont pu constater que ce n’était pas difficile. Pour arriver à ces zones, il suffit d’un peu de volonté politique », martèle-t-elle.

Menaces, fatigue et impuissance

Faire valoir ses droits et celle des Wayu n’est pas chose aisée. « J’ai subi des menaces. Je suis sous protection constante. » Fatiguée et impuissante face à la catastrophe, elle passe la relève à d’autres, qui mêlent leurs voix à la sienne. C’est le cas du syndicat de travailleurs des mines de Colombie, Sintracarbon. Dans un communiqué, publié sur le site Internet de l’organisation, son avocat général apostrophe ainsi le président d’un autre syndicat, celui des mines El Cerrejon : « Vous jouez le rôle de l’avocat du diable. Vous avez donné votre accord pour couper la rivière Bruno, et cela en retour des multiples services que cette multinationale vous a faits. »

De fait, les terres de La Guajira sont enjeux d’intérêts. « Elles sont le legs d’une population colombienne dont la moitié est amérindienne », insiste Arelis. Mais elles sont aussi fertiles et riches en charbon. En 2013, les mines ont apporté 258 millions de dollars de royalties à l’État. Une somme qui semble justifier le malheur de certains.

El Cerrejon, quarante ans d’exploitation minière. En 1975, le gouvernement colombien 
lance un appel d’offres pour l’exploitation de 32 000 hectares, compris dans la zone nord d’El Cerrejon. Intercop, filiale d’Exxon Mobil, décroche le pompon et s’associe avec l’entreprise d’État Carbocole. En 2000, 
la Colombie revend sa part (50 %) à trois multinationales britanniques et suisse. 
El Cerrejon n’en demeure pas moins 
une manne pour le pays, dont elle assure près de la moitié des exportations de charbon. En 2015, ce chiffre s’est élevé 
à 34,2 millions de tonnes de minerai.

Le peuple Wiwa a beaucoup souffert lors de la construction du barrage d'El Cercado, sur le Río Ranchería, inauguré en novembre 2010. Une seule rencontre a été prévue, en mai 2005, entre les délégués wiwas et l'Agence environnementale régionale. Les Wiwas furent expulsés de la zone concernée par le barrage et les enfants ne purent plus aller à l'école se trouvant de l'autre côté du barrage1.

Le 6 octobre 2014, la foudre frappe la maison traditionnelle où se réunissent les chefs spirituels wiwas. Dans la maison calcinée, onze d'entre eux meurent foudroyés et dix-huit sont blessés4.

Le 9 avril 2015, les Wiwas, les Kankuamos et les Yukpas effectuent une marche pour la paix en Colombie5.

.

Religion, croyances et sites sacrés

Les Wiwas conservent leur mythologie et leurs traditions anciennes. Pour eux, la Sierra Nevada de Santa Marta représente « le cœur du monde » et maintient l'équilibre spirituel et écologique de la « Terre Mère »11. Elle est entourée par une « ligne noire » (« línea negra ») imaginaire, qui relie les sites sacrés de leurs ancêtres et délimite ainsi leur territoire. Cette ligne noire est reconnue par la Colombie et stipulée dans la résolution no 00002 prise par l'État en 19731.

Le mode de vie des Wiwas est étroitement relié à leur relation à la nature. Pour eux, la création représente un « grand Tout dans lequel chacun a un rôle à jouer. »1.

Pour les peuples indigènes de la Sierra Nevada de Santa Marta, Ciudad Perdida (Cité perdue), ou parc archéologique Teyuna, est « sacrée, inaliénable, garante de leur culture et de l'équilibre du monde [...] Mais ils ont le sentiment de voir leur site sacré spolié par des entreprises d'excavations qui impliquent une fuite des objets sacrés vers l'extérieur et les musées nationaux. »1.

Dans leur spiritualité et leur vision du monde, « la relation à la terre vivante tient une place majeure

 

 

 



Guajira et la mine de Cerrejón

Publié par cathdesmontagnes
01:05, 21/05/2017 .. Publié dans Colombie .. 0 commentaires .. Lien

 

Cette mine de charbon m'intrigue alors je cherche en rentrant... C'est une immense mine de charbon à ciel ouvert, d'une surface de 69 000 hect.  C'est la plus grande mine de Colombie et l'une des plus grandes du monde.

Grâce à cette mine, la Colombie est classée parmi les premiers exportateur mondiaux du monde,  et les premiers producteurs.

On a trouvé un serpent préhistorique de 15 m de long, sur le site le Titanoboa Cerrejonensis... Ce qui lui a donné son nom... La mine El  Cerrejón.

Les réserves  sont gigantesques... De l'ordre de 3 000 millions de tonnes... C'est pourquoi on n'a pas hésité à déplacer des populations d'indiens Wayuu déjà fragilisés par la guérilla et les narco-trafiquants. Il y a 30 ans que la mine est ouverte.

L'extraction consiste en une mine à ciel ouvert, où le sol est enlevé pour atteindre les veines de charbon. Celui-ci est ensuite chargé dans des camions qui l'apportent aux installations de broyage puis à deux silos, depuis lesquels il est chargé sur des trains.

C'est la voie de chemin de fer que j'ai vue à l'aller et que nous avons vu en revenant. J'ai été étonnée parce qu'il y avait des gardes armés  tous les 100 m à peu près le long de cette voie. Et nous avons fini par voir arriver le train, un train long comme un jour sans fin.... Un train comme en Australie !

La compagnie possède sa propre voie de chemin de fer reliant la mine au terminal de Puerto Bolívar, à Uribia. Il y a deux trains de 128 wagons, imaginez ..128 wagons, en plus, il va assez lentement... Chaque wagon transporte 12 000 tonnes de charbon par voyage.

La période de rotation des trains, incluant le chargement et le déchargement, est d'environ 12 heures. Les installations du port sont aptes à charger jusqu'à 4 800 tonnes par heure sur des navires de plus de 175 000 tonnes de capacité.

La mine, le transport ferroviaire et le port sont exploités 24 heures sur 24.

Cerrejón emploie directement environ 5 300 personnes, et environ 5 000 personnes supplémentaires sont employées par des sous-traitants.

Depuis j'ai lu divers documents, émanant d'une association de femmes Wayuu, Fuerza de Mujeres Wayuu,

http://organizacionwayuumunsurat.blogspot.fr/

J'ai été étonnée aussi de trouver  des articles concernant la mort des enfants de dénutrition...  Tant de morts !

Article en espagnol 22 sept 2016

Décembre 2016

En voyant ces articles, j'ai eu la confirmation de ce que j'avais pensé pendant ce voyage.. Que les Tour-operators devraient donner de la nourriture plutôt que de laisser les 4x4  s'arrêter à toutes ces "péages" avec les cordes et les enfants, payer en biscuits et en bombons.

Trouver une solution pour que les touristes qui viennent aient une incidence bénéfique sur la population indigène de La Guajira.

Mais Un article du 02-12-2015 à 09:12, Par Viviana Viera Giraldo sur http://www.altermondes.org

explique bien la situation.. Je le mets plus bas, au cas où ce ne serait plus accessible.

  COLOMBIE : El Cerrejon, une mine de charbon sur les terres Wayuu.

C’est la plus grande mine de charbon à ciel ouvert au monde. Depuis plus de 30 ans, elle fait le bonheur des multinationales et le malheur des Wayuu, le peuple autochtone qui vivait depuis des siècles sur ces terres de Colombie. La mine El Cerrejón, symbole d’un modèle de développement irresponsable.

Arriver à la mine El Cerrejón, c’est comme débarquer sur la Lune : tout y est gris et noir, il y a des cratères d’une profondeur de 300 mètres. Les arbres et les animaux ont disparu, difficile de trouver des traces de vie sur les 69 000 hectares qu’elle occupe, hormis la valse des énormes camions transportant chacun jusqu’à 230 tonnes de charbon.

Nous sommes dans la plus grande mine de charbon à ciel ouvert de la planète, située sur la péninsule de la Guajira, en Colombie. Ses propriétaires – trois géants européens des minéraux : Anglo American (Grande-Bretagne et Afrique du Sud), BHP Billiton (Grande-Bretagne et Australie) et Glencore (Suisse) – en prévoient déjà l’expansion pour porter sa production à 50 millions de tonnes par an. De quoi les mettre dans le collimateur des organisations de la société civile colombiennes et européennes pour  violation des droits humains et destruction de l’environnement.

Les peuples indigènes premières victimes

« Nous arrosons avec de l’eau pour limiter la poussière de charbon » affirment les responsables de la mine lorsqu’on les interpelle sur la pollution générée par la mine. Un comble dans une région aride voire désertique, où la pluie ne tombe que 3 mois par an. Les Wayuu, le peuple indigène local, vivent principalement de la chasse, de la pèche, des cultures et des récoltes. Leur vie a été totalement bouleversée par l’exploitation de la mine : les animaux sauvages fuient les explosions, les animaux d’élevage tombent malades, les sources d’eau s’assèchent et l’expansion de la mine ronge toujours plus leurs terres.

Selon les chiffres officiels, entre 2008 et 2013, 4 151 enfants sont morts dans ce département, soit environ 2 enfants par jour, en raison de la malnutrition et la déshydratation. Et ces chiffres ne rendent compte que d’une partie du phénomène.

L'armée au service du charbon

Selon les chiffres officiels, entre 2008 et 2013, 4 151 enfants sont morts dans ce département, soit environ 2 enfants par jour, en raison de la malnutrition et la déshydratation. Et ces chiffres ne rendent compte que d’une partie du phénomène.

Des pros de la comm

 

El Cerrèjon se prétend irréprochable sur le plan du développement durable.

El Cerrejón investit beaucoup d’argent pour soigner son image d’entreprise pratiquant une «extraction minière responsable » : des fondations jusqu’aux visites guidées pour touristes. Entre Jurassic Parc et vitrine écologique, à en croire les rapports de développement durable. Avec en bonus, des photos de Wayuu souriant.

La mine est est présentée fièrement par ses dirigeants comme le moteur économique de la région. Et pourtant, depuis que la mine a été ouverte il y a plus de trente ans, l’économie dans les alentours ne fait qu’empirer. D’une part car aucune retombée économique ne permettrait de compenser les énormes dégâts humains et environnementaux causés. Encore faudrait-il qu’‘El Cerrejón’ n’utilise tout les ruses de l’optimisation fiscale pour échapper à l’impôt. De l’autre, car la plupart des emplois créés sont auprès de sous-traitants,  pour éviter la syndicalisation et les indemnisations aux travailleurs touchés par l’anthracose, une maladie cancérigène causée par l’inhalation de particules de charbon.

Incohérence des législations européennes

Le récent Accord de Libre Echange signé entre la Colombie, le Pérou et l’Union Européenne encourage les exportations de matières premières en Europe et donne un cadre juridique plus sécurisant aux multinationales. De plus, en 2018, l’Union Européenne est censé arrêter de financer ses mines de charbon non compétitives. Ce qui ouvre une brèche dans un marché où ‘El Cerrejón’ compte davantage s’implanter. C’est pourquoi la mine prévoit de doubler l’extraction de charbon dans les prochaines années, en allant le chercher jusque près des nappes phréatiques. Au plus grand dam des Wayuu

 



{ Page précédente } { Page 1 sur 152 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités




Sites favoris

Association Malenbaï
Association Malenbaï - le blog
Les Carnets de Misha

Rubriques

HEBERGEMENT INDE 2014
HEBERGEMENT INDE 2014
HOTELS ET INFOS PRATIQUES NEPAL
INDE DU NORD 2013
NEPAL 2013
PREPARATIFS 2013
PREPARATIFS 2014 INDE
VOYAGE INDE 2014

Derniers articles

HEBERGEMENT INDE EN SOLO 2014
POUR ME SUIVRE EN INDE CETTE ANNEE ......
BIENTOT EN SOLO 2014
COUPS DE CŒUR A BIKANER
AH MON CHAMEAU !

Amis

cathdesmontagnes
albamorganti

Newsletter

Saisissez votre adresse email